La Peuplade

coït

La Peuplade Livres

coït

Chantal Neveu

Poésie

Avec ce livre intitulé coït – signifiant étymologiquement « aller ensemble », Chantal Neveu continue d’exposer un parti pris pour la littéralité des mots et des gestes au sein des échanges amoureux et/ou chorégraphiques. En effet, ayant scripté paroles et observations en différents plateaux de danse et d’intimité, l’auteur joue d’un télescopage d’échelles et de situations – physiologiques, artistiques ou érotiques pour révéler ce qu’engagent les corps et les mots, leur mise en relation dans un esprit de confiance, de permissivité, voire de confidence.

Livré telle une double partition, à la faveur de nombreuses permutations de sens et de cadrages, ce livre tente un pari du dépouillement, multivocal. Éloge des corps, dansants.

Parution: 3 mai 2010
96 pages, 978-2-923530-16-1, 19,95$,
Droits vendus : Anglais

Échos de la presse

Le dernier recueil de Chantal Neveu (…) est une éblouissante révélation. On a beau dire, il n’est pas donné à tous les poètes de pouvoir conjoindre une maîtrise de l’espace typographique et la profondeur du sens. (…) La partition érotique de Chantal Neveu mérite de figurer parmi les heureuses innovations formelles des dernières années. Et, ce qui ajoute à l’exploit : en demeurant accessible, sans machinerie lourde ou compliquée.

Jacques Paquin, Lettres québécoises

Dans coït, Chantal Neveu recompose avec audace la fréquence qui fait résonner le corps au contact de l’autre corps.
La rencontre ici n’est pas seulement charnelle, elle est littéralement physique, électrique, cellulaire: les ondes biologiques et sonores se confondent et les poèmes en sont la graphie.
(…) coït est une oeuvre qu’il faut relire, dans le désordre, à notre guise, car c’est ainsi qu’on en mesure toute l’envergure.

Isabelle Gaudet-Labine, Le Sabord
Abouti et intelligemment écrit, coït est un livre sensible, oui, mais probablement davantage conceptuel que sensible, et qui pose comme prémisse l’existence secrète des «tubes, visibles et non visibles des corps, dans le corps, entre les corps».
Monique Deland, Moebius

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée