La Peuplade

La Peuplade Livres

Le livre blond

François Turcot

Poésie

L’origine du Livre blond remonte à une secousse tonique, vive. Nouvellement père, désireux de rappeler un espace d’avant la mémoire pour sa propre fille, François Turcot signe autant de poèmes, d’ellipses, qui pointent un temps qui bascule, se transforme et s’échappe. On y retrouvera un nid d’aigle, des hyènes, des halos; un spectacle de bulles, des araignées profuses, un char d’eau; des ruelles en cris de gorge, des pensées en essaim, des calculs clairvoyants; des regards de braise, le pétillement des viandes, des larmes tilleul; de grandes colères, le vrai noir des campagnes, des marécages fabuleux… Et si l’on demande à l’auteur comment il envisage Le livre blond, il nous dira qu’après Mon dinosaure, c’est son second livre sur le « père », mais qu’ici, tout vibre jaune – effervescent.

Parution: 20 septembre 2016
63 pages, 978-2-875980-09-0, 19,95$

Échos de la presse

« Quelque chose a changé je ne devine pas bien — t’as dans le regard une roche mère, un clou d’or, cette foudre d’eau. » C’est souvent beau, comme cela, simplement, fulgurant. « Un désir pulse élance — comme cette sorte de paix des après-midi roux à faire mentir le trajet du soleil. » Ainsi suit-on les apprentissages de l’enfant, les épanchements du père, cette admission de l’être né de soi : « L’époque des cinquante mots je la dessinerais jaune-encore, ça déborderait de la page comme dans tes cheveux, le vent. » Belle réussite, improbable, avec un pareil sujet.

Hugues Corriveau, Le Devoir

Naissance ! Le temps bascule, François Turcot (né au Québec en 1977) assume ce vrai tremblement de terre ; il embarque sa fille pour une visite magique peuplée d’évidences calmes et de grandes colères, bercée par «les jappements d’outardes» et le «pétillement des viandes».

Le Monde

Avec ce recueil lumineux et sensible, Turcot poursuit sa réflexion sur le père, amorcée dans Mon dinosaure. Cette poésie émouvante explore l’enfance et la mémoire ; le poète remonte le fil du temps, inspiré par l’enfance de sa fille, cette époque fulgurante. Sa présence illumine sa vie, rend les moments vibrants : «Barattées, pas mêlant, ensemble même les heures creuses ont la profondeur du miel.»

Les Libraires

Déclaration d’amour d’un père à son enfant, Le livre blond cisèle le sentiment dans une écriture pesée, millimétrée, ouvragée. Une poésie délicate et tendre, blonde comme les cheveux d’Adèle, qui pose sur la paternité et la filiation des mots doux comme le bonheur. À offrir sans modération aux jeunes papas.

Lectures du coeur

Il y a certes de l’intensité dans ce catalogue ému des nombreuses rencontres entre sa gamine blonde et le monde, mais aussi quelque chose comme le réenchantement d’un homme à qui sa fille permet de goûter à nouveau ce temps de l’existence où « tout est inusité, sauvage et giboyeux – les herbes juteuses, nos traînées de vie grasse charriées de plein-vent ».

 

Dominic Tardif, Les Libraires

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée