La Peuplade

Rose Brouillard, le film

La Peuplade Livres

Rose Brouillard, le film

Jean-François Caron

Roman

Dorothée, réalisatrice mandatée par la société de développement Plumules Nord, filme Rose Brouillard, une vieille femme à la mémoire défaillante, afin qu’elle témoigne de son enfance passée sur une île du fleuve. Du haut de la grande falaise, sur l’Île du Veilleur, on aperçoit Sainte-Marée de l’Incantation, des villageois aux manches retroussées, des pêcheurs sur les quais, des personnages jardinant sous la feuillée, des touristes, d’autres îles aussi, jusqu’à Montréal, jusqu’à Cuba par temps clair.

Archipel de séquences, de répliques et d’histoires, Rose Brouillard, le film accompagne la mémoire jusqu’à son lieu d’origine pour démêler les souvenirs, quitte à en inventer des bouts pour raccorder tous les autres. Car, au fond, qui s’inquiète de la vérité ? Ce qui importe ici, ce sont les histoires qu’on se raconte.

Parution: 26 mars 2012
244 pages, 978-2-923530-42-0, Papier 23,95$, Epub/PDF 17,99$,
Droits vendus : Anglais

Échos de la presse

Jean-François Caron nous offre un des romans les plus réussis de la saison avec Rose Brouillard, le film, oeuvre poétique qui parle de mémoire et des histoires qu’on invente, mais aussi de tourisme, de fleurs et de lait caillé. […] Une écriture poétique certes, mais aussi drôle et émouvante, précise et fluide, lumineuse et saisissante.

Josée Lapointe, La Presse

Porté par la prose limpide et cristalline de Jean-François Caron, Rose Brouillard, le film dissipe le doute entre ce qui fut et ce qui n’a jamais été.

Martine Desjardins, L’actualité

Je le dis en choisissant mes mots. Jean-François Caron vient d’écrire un roman qui le pousse du côté des grands.

Yvon Paré, Le Progrès-Dimanche

Il est de ces romans qui nous enveloppent, nous bercent, nous habitent bien longtemps après en avoir lu les dernières pages. Rose Brouillard, le film est de cette trempe.

Valérie Lessard, Le Droit

C’est magnifique. Magnifiquement écrit. Voici un livre porté par une imagerie, une parlure toutes particulières, tout en nuances. C’est nimbé de lumière, de douceur. C’est tendre, touchant. Et puissant.

Danielle Laurin, Le Devoir

L’auteur crée une espèce de narration à relais, très belle et poétique, où chaque protagoniste fait avancer l’histoire en usant de ses perceptions.

Lisanne Rheault-Leblanc, 7 jours

Jean-François Caron confronte différentes voix, préoccupations et époques dans un second roman habité par une grande force narrative.

Éric Paquin, Voir

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée