La Peuplade

La Peuplade Livres

Tu me places les yeux

Aimée Lévesque

Poésie

Après le décès de sa grand-mère, la petite-fille de cinq ans devenue grande revisite la maison beurrée d’images où elle se faisait garder, saute dans l’enfance comme dans des mets chinois. Elle avance dans les coutures et se rappelle l’odeur du pain et du café, les gestes doux, la figure de la famille qui colle et les brassées de couleurs. À mesure qu’est fondé un halo chaleureux, sa grand-mère reste un rire en filigrane, une présence inaccessible sauf par le truchement de ses objets, qui vont des catalogues Sears à la pâte à biscuit, du métier à tisser à la télévision toujours ouverte. Chaque pièce de la maison (et du chalet, et la cour) trace les contours d’une sagesse d’étagère, d’un héritage brillant crème domino.

Parution: 14 février 2017
132 pages, 978-2-924519-41-7, 20,95 $

Échos de la presse

Entrevue avec Aimée Lévesque.

Ici Radio-Canada Bas-St-Laurent

Le premier recueil d’Aimée Lévesque rend hommage à toutes les grands-mères et à leurs enfants, qui, « usés l’un après l’autre/ [au] fond de culotte des âges », « appren[nent] à se péter la gueule » et deviennent, inévitablement, des « grands ».

Julie Tremblay, Radio-Canada

La poésie d’Aimée Lévesque est un peu comme une couverture qui réchauffe et rassure. On y sent l’enfance, les grands yeux ouverts d’une petite fille curieuse, la main douce et caressante d’une grand-mère et les mots du quotidien qui imprègnent ses textes des odeurs de la maison, lieu de refuge et d’apprentissage. Du doux à lire et relire.

La Fabrique culturelle

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée