La Peuplade

Couverture Chez la Reine

La Peuplade Livres

Chez la Reine

Alexandre Mc Cabe

Roman

Campant judicieusement son roman dans l’arrière-pays québécois, les villages, les rangs, le cadre de l’enfance – authentique royaume où la maison de la Reine trône au cœur du paysage –, Alexandre Mc Cabe édifie le musée de la mémoire d’un petit-fils, jeune homme au début de la vingtaine qui doit se faire à l’idée : « Une mort est une mort et on ne peut se soustraire à son tragique. » Devant l’agonie de Jérémie, son grand-père, le deuil forçant à s’arrêter « sur d’autres détails », il peint les « tableaux d’un musée intérieur », réfléchit à « l’héritage fondamental » que concèdent la famille et la culture, saisit la portée du décor dans l’apprentissage du monde. Il y a dans ce livre bienveillant le souvenir des premières fois, du bonheur et de l’amour reçus.

Mc Cabe dresse une fresque folklorique – « [l]e temps semble s’y figer et ne manifester ses effets que dans le vieillissement des corps, la naissance d’enfants et l’alternance cyclique des saisons » – qui fait revivre des moments marquants de l’histoire politique québécoise, des années 1980 à aujourd’hui.

Parution: 18 mars 2014
162 pages, 978-2923530-71-0, Papier 20,95$, PDF/ePub 15,99$

Échos de la presse

Pour son premier roman, Chez la Reine, Alexandre McCabe propose une savoureuse incursion au coeur de Lanaudière. (…) un texte jouissif, plein d’humour, où le grand-père et la famille occupent des rôles de premier plan.

Marie-France Bornais, Le journal de Québec

À travers les souvenirs de promenades en forêt, de joutes politiques à table et de réunions familiales chez une tante mariée au Roi du tapis de Sainte-Béatrix, c’est l’ « héritage fondamental de notre culture » qui est ici fidèlement célébré. Et par la sincérité qui transperce chaque phrase de ce premier roman maîtrisé, c’est un véritable écrivain qui nous est révélé.

Martine Desjardins, L'actualité

Chez la Reine n’est pas une oeuvre engagée. C’est plutôt une oeuvre qui explique l’engagement. La position de l’écrivain se situe à l’opposé de la démagogie ou du discours manichéen. Il n’y a ni bon ni méchant, ni rouges ni bleus, seulement un grand-père qui va bientôt quitter ce bas monde et un petit-fils qui découvre peu à peu une manière d’y faire son entrée. Il y a aussi tout ce qui relie et qui sépare les deux personnages, la langue, les rituels, le folklore ou la foi.

Richard Boisvert, Le Soleil

Mort, transmission, avenir. […] C’est l’axe sous-jacent de ce roman qui se démarque non seulement pas sa vivacité d’esprit, mais par sa sensibilité. Par l’élégance de son style aussi, ses phrases qui voltigent.

Danielle Laurin, Le Devoir

Dans ce premier roman sur  l’héritage et la transmission, [Alexandre Mc Cabe] rend hommage à sa famille tout en se penchant sur l’histoire récente du Québec, du référendum de 1980 jusqu’au milieu des années 2000.

Josée Lapointe – La Presse +

Rentrer Chez La Reine a été comme rentrer chez moi. Enfin, dans une partie de mes souvenirs pleine de rayons de soleil nostalgiques. Ces oncles, ces tantes, ces soirées et ces histoires auraient pu être les miens tant je m’y suis reconnu.

Shannon Desbiens, Librairie Les Bouquinistes

En plongeant avec assurance dans une écriture qui combine l’ironie et la sensiblerie, Alexandre Mc Cabe nous livre un récit touchant, vrai et senti.

Maud Lemieux, La recrue du mois

Voilà un roman qui fait du bien, donne de l’espoir en cette période morose, cette fin de campagne électorale qui fait ressortir les peurs et toutes les aliénations. C’est vivifiant de lire un roman comme ça. De quoi faire oublier le cynisme qui nous étouffe de plus en plus.

Yvon Paré, Littérature du Québec

En racontant l’histoire de son grand-père, homme qui a trimé dur toute sa vie, Alexandre Mc Cabe  nous ramène dans notre identité et dans la fierté d’être qui nous sommes, en tant qu’humain et en tant que peuple. Cette histoire a le pouvoir de nous toucher car elle est celle de nos aïeux et prend sa force dans la lecture bien personnelle que chaque lecteur en fera.

Marie-Hélène Vaugeois, Librairie Vaugeois

Alexandre Mc Cabe était de passage hier à l’émission Plus on est de fous, plus on lit ! diffusée sur les ondes de Radio-Canada Première pour discuter de son roman Chez la Reine avec l’animatrice Marie-Louise Arsenault. Écoutez-le avouer son romantisme, affirmer son admiration pour Gaston Miron et lever le voile sur l’identité de la Reine.

Tout commence, affirme Alexandre Mc Cabe, avec raison. Tout commence aussi dans la vie de ce jeune écrivain au talent immense.

Dominique Blondeau, Ma page littéraire

Alexandre Mc Cabe voit la découverte de L’homme révolté d’Albert Camus comme une révélation, consacrant par la suite cinq années de sa vie à l’œuvre de cet écrivain.

La Fabrique culturelle, Télé-Québec / Réalisation Marjorie Champagne

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée