La Peuplade

Couverture Les États-Unis du vent

La Peuplade Livres

Les États-Unis du vent

Daniel Canty

Récit

Hisser la manche à air.
Consulter la boussole.
Filer où que le vent le veuille.

 

Fin 2010. De l’automne tardif au début de l’hiver, Daniel Canty devient chercheur de vent. À bord de la Blue Rider, un vénérable camion d’un bleu de minuit coiffé d’une girouette, il s’abandonne à une dérive entièrement dictée par la fluidité des courants aériens. L’aventure l’emporte des plaines herbeuses du Midwest à Chicago la venteuse, il s’engouffre dans le wind tunnel des Grands Lacs, découvre les cités d’industrie perdue de la rust belt, bifurque par les pastoraux territoires amish vers les forêts de Pennsylvanie, terres d’or noir et de guerre civile.

Entre travelogue et fabulation, Les États-Unis du vent est un livre aux pieds ailés, où transparaît la carte d’une Amérique invisible, nappée par la lumière des révélations.

Parution: 8 avril 2014
288 pages, 978-2-923530-72-7, Papier 24,95$, PDF / ePub 18,99$,
Droits vendus : Anglais (monde)

Échos de la presse

À n’en pas douter, la plume de Canty est également fille du vent. Sa prose teintée de lyrisme tient son souffle chaud de la brise de’été, dont on se laisse paisiblement bercer. L’atmosphère qu’elle recrée est éthérée, onirique, et accorde un statut poétique à des objets littéraires hautement improbables. (…) Une oeuvre bigarrée, composite, à l’image du parcours de son auteur.

David Laporte, Nuit Blanche

Je lis ce livre comme un essai, un protocole de pensée. Canty ne fait pas tant une théorie du vent qu’une cartographie de réflexions, sur ce que contient le vide, ce qui occupe l’espace imperceptible entre nous (…). Le véritable objet d’amour, ou de quête, de ce livre n’est pas un phénomène météorologique. Ce serait plutôt quelque chose comme l’âme américaine.

Valérie Lefebvre-Faucher, Revue Liberté

Entre Cincinnati, Indianapolis, Chicago, Cleveland et Philadelphie, il consigne un tourbillon de réflexions parfois profondes, parfois plaisantes, toujours éclairées (…). Essai personnel plus que récit de voyage, Les États-Unis du vent est un guide inestimable sur l’essence insaisissable de l’aventure : « On ne cherche pas tant le vent qu’il nous trouve. »

Martine Desjardins, L'Actualité

De l’art éolien ? Presque. C’est certainement la documentation sensible et intuitive d’un parcours déterminé par les courants aériens.

Catherine Lalonde, Le Devoir

Canty ne fait pas que raconter, il observe beaucoup aussi: les points communs entre les villes visitées, les gens rencontrés lors de leurs haltes à la recherche d’endroits où dormir ou de restaurants où manger, l’omniprésence du sport et des téléviseurs. L’observation n’est jamais bien loin du commentaire, mais l’absence totale de jugement envers nos voisins du sud donne le ton de curiosité et d’intelligence que devait avoir ce récit. Canty a su lier ses lectures du moment ou ses souvenirs de films vus avec des impressions ou des expériences vécues durant le voyage ce qui apporte encore une autre dimension à l’oeuvre.

Élizabeth Lord, Les Méconnus

Un périple improbable, un livre inclassable. On est sur la route avec eux, on pointe dans la direction de la girouette et on se laisse porter.

 

Marie-Hélène Vaugeois, Librairie Vaugeois

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée