La Peuplade

La Peuplade Livres

L’imparfaite amitié

Mylène Bouchard

Roman

La nuit où la célèbre goélette L’Amanda Transport brûlait, Amanda Pedneault naissait sur l’Île-aux-Coudres. Sur ce morceau de terre flottant, lieu des premières conquêtes, elle a hérité du courage des femmes et des navigateurs de sa descendance. Solide charpente prête à tout risquer pour l’aventure, canot ivre dans les vagues mouvementées de l’amour et de l’amitié, la jeune fille a couru plusieurs lièvres à la fois, a voulu aller vivre loin. Vingt ans plus tard, installée à Prague, mariée et devenue mère, Amanda veut étirer son exil vers un nouvel ailleurs. À l’occasion d’un pacte confidentiel, elle décide de partir, avec pour toutes amarres, le récit de sa vie qu’elle donnera à sa fille, Sabina.

Dans tout ce qui compte, il n’y a qu’une chose à retenir : il faut, à travers le temps qui passe, aimer très fort.

Parution: 24 janvier 2017
400 pages, 978-2-924519-39-4, 26,95 $

Échos de la presse

L’imparfaite amitié est à la fois une ode à la correspondance, à l’amour, à l’amitié et à toutes les failles et contraintes qui rédigent les relations et liaisons entre deux humains. L’imparfaite amitié, c’est aussi très beau, puissant, émouvant. C’est introspectif et contemplatif, plein de sensibilité et de réflexions sur les relations, les possibilités qui se trouvent, ou ne se trouvent pas, entre l’amour et l’amitié.

Marjorie Rhéaume, Le fil rouge

Entrevue et lecture de Mylène Bouchard à l’émission Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!, Radio-Canada Première

Ce roman touffu et exotique nous arrive déjà pourvu du prix Joseph-S.-Stauffer du Conseil des Arts du Canada en littérature. Récit vital qu’une mère fait à sa fille, c’est un condensé de vingt ans d’aventures, narré par une femme de tête et de cœur à la gigantesque force de vivre.

Ton barbier

Le genre de livre qu’on peut lire et relire, qu’on a envie de surligner de bord en bord afin d’en retenir des passages. L’auteure réussit à réinventer la forme littéraire en faisant cohabiter le roman, la poésie et l’essai. Le récit prend ainsi un style étonnant et une forme particulière qui ne ressemble à rien d’autre que j’ai pu lire […] Les réflexions qui figurent dans le livre portent surtout sur l’amour et l’amitié. Comment démêler l’un de l’autre ? Comment savoir si on aime d’amour ou d’amitié ? Est-il possible d’être amis après s’être aimés ? Peut-on aimer plusieurs personnes en même temps ? Pourquoi aime-t-on quelqu’un qui est absent ? Ces réflexions étant universelles, voilà pourquoi tant de gens pourront se retrouver dans ce roman.

Jeanne Lavictoire, Page par Page

Dans une forme éclatée qui jumelle lettres, carnets, citations, dialogues et tableaux typographiques, le roman aborde les thèmes universels de l’amour et de l’amitié. S’il aurait été facile de tomber dans les clichés, Mylène Bouchard traite cependant de ces thématiques avec une sensibilité et une profondeur rafraîchissantes à travers le personnage d’Amanda, Coudriloise exilée à Prague par amour. S’adressant à sa fille, la femme raconte ses relations, présentes et passées, tout en attendant la fin du pacte qu’elle a conclu avec elle-même, pacte qui la poussera à se réinventer, à se « guérir de trop vouloir tout » et à « aimer très fort » pour vivre enfin.

Les Libraires

Mylène Bouchard sillonne ici le sentiment amoureux et les amitiés (notamment hommes-femmes) par monts et par vaux, tout comme la capacité de trouver le bon port pour soi et la nécessité de sonder l’absence, afin d’éviter les écueils des relations. Elle vogue sur ces flots existentiels, tantôt réconfortants, tantôt tumultueux, sans jeter l’ancre dans la morale, ni les certitudes absolues. Sinon celle, viscérale, que « vivre au bord de sa vie, ce n’est pas assez ».

Valérie Lessard, Le Droit

Tous les verbes de l’amour et de l’amitié sont recensés ici, mais aussi vécus pleinement dans ce roman intelligent et touchant. Profond sans être lourd.

Avec ses tableaux typographiques, ses registres et ses définitions, ses notes et ses carnets, il s’agit également d’un livre à tendance encyclopédique, en ce sens qu’il trace la géographie, la poétique et la politique du verbe d’action qu’est aimer.

Amanda vit et réfléchit sur ce qu’elle vit dans de courtes séquences, très bien rythmées, très fragmentées, mais jamais sans lien entre elles. C’est beau et c’est fort.

L’écriture fluide et vibrante de Mylène Bouchard fait en sorte qu’on reste totalement absorbé par les mouvements du désir de la protagoniste. Parce qu’il y a du désir, de l’affection, de la camaraderie. De la réflexion aussi. L’amour se vit et se pense.

Mario Cloutier, La Presse

Une grande et belle réflexion sur l’amour et sur l’amitié.

Un grand bonheur de lecture.

TJ Extra Saguenay

À l’Isle-aux-Coudres, alors qu’un bateau brûle, une jeune fille naît. Amanda, prénommée ainsi en l’honneur de la célèbre goélette, livre à travers ces pages son parcours débutant dans la région de Charlevoix et dérivant vers Prague. Après vingt années passées sur les terres praguoises, elle quitte mari et enfants pour refaire sa vie. Destiné à sa fille, le récit fait écho aux rencontres du passé : ses nombreuses histoires d’amour entrelacées, ses relations amicales imparfaites et ses deuils. Aucun doute, la vie est un long fleuve parsemé de relations humaines marquantes. S’il n’y a qu’une chose à retenir de ce livre, peu importe les gens, les situations ou même les objets qui croiseront notre chemin, c’est qu’il faut toujours aimer très fort.

Alex Beausoleil, Ici ARTV

Aimer très fort, choisir et résister : ce sont là les conseils d’Amanda Pedneault à sa fille. Cette femme libre et passionnée, qui porte le nom d’un bateau brûlé et maîtrise l’art de la fuite comme personne, conquiert nos sens grâce à l’écriture enflammée de l’auteure et éditrice.

Lisanne Rheault-Leblanc - Clin d’œil

Par l’intermédiaire du parcours affectif atypique de sa narratrice, héroïne inoubliable, l’auteure Mylène Bouchard propose une réflexion brillante sur la profondeur de l’amitié, qui déboulonne le mythe du grand amour et bouleverse la hiérarchie des sentiments.

Martine Desjardins, L'Actualité

Dans L’imparfaite amitié, Mylène Bouchard explore dans un format inusité et rythmé les amours, les amitiés, les relations mère-fille et celles entre une épouse et son mari en difficulté. Superbe lecture.

Andréanne Chevalier, Métro

Alors, qu’est-ce que l’amour si on cesse de le penser en termes de couple ? Et la question ne nous mène pas sur les chemins du libertinage… Amanda est plutôt porteuse d’une vision large de l’amour, une vision qui accepte que l’amour ait divers visages et prenne diverses formes. Elle dit : « J’aime et c’est tout ». Et cette réponse, elle la fait « contre la société surtout, qui dicte l’amour unique, jusque dans les films pour enfants de quatre ans ». Amanda tombe sans arrêt amoureuse d’hommes et de femmes. Si au départ cela semble faire d’elle un personnage volage, on comprend rapidement qu’il faut s’ouvrir à une idée beaucoup plus large de l’amour qui ne pose d’ailleurs pas toujours la question du désir sexuel. Chez Mylène Bouchard, nous ne sommes pas dans un paradigme binaire qui opposerait couple et célibat, homosexualité et hétérosexualité, fidélité et libertinage… Amour ou amitié ?

Catherine Voyer-Léger, Nuit blanche magazine

Mylène Bouchard, tous tes mots dans le creux de mon oreille m’ont ruisselé droit au coeur. J’ai souvent déposé ton livre pour laisser respirer l’épiphanie. Mais tu m’avais vue venir. Tu avais prévu pour moi des pages noires, imposé des pauses; prédisant mon vertige en quittant Amanda, tu t’es nommée dans une postface, générique d’une grande aventure, le temps que je pose pied. J’ai tantôt été la jeune femme à qui Amanda, ton personnage principal, offre le récit de sa vie et ses plus essentiels conseils, pour devenir Amanda, et sentir l’ivresse de Madeleine. C’est un lexique, une grammaire, un Bescherelle de l’amour, hors du temps. C’est un reflet net auquel on ne peut ni ne veut se soustraire parce que, chose rare et précieuse, il éveille un sentiment d’unité et ranime du même souffle une tendresse pour soi. Tous égaux dans notre imperfection, tous égaux dans l’enchevêtrement des amours. L’imparfaite amitié est le livre que je rachèterai mille fois, parce que je vais le prêter, qu’il ne me reviendra pas et que je voudrai le lire encore et encore et encore.

La Fabrique culturelle

Le bateau-mère qui brûle sur le fleuve pour éclairer un tant soit peu la voie de ses enfants. Une invitation à créer de nouveaux paradigmes, à s’engager sur de nouvelles voies, à prendre l’eau et à se brûler.

Kareen Martel, Spirale web

L’écriture de Mylène Bouchard, c’est une série d’illuminations, des fragments de pensée, des étoiles filantes, mais dans tout ce désordre apparent se cache bien souvent un fil conducteur et une cohérence des gestes et des mots justement.

Le Castor littéraire

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée