La Peuplade

La Peuplade Livres

Hotline

Dimitri Nasrallah

Roman

Beyrouth, 1984. Muna embrasse Halim pour la dernière fois, avant qu’il ne s’évapore dans un brouillard de poussière soulevé par les combats de rue. Deux ans plus tard, elle et son fils Omar, âgé de huit ans, posent leurs valises à Montréal, au commencement de l’hiver, dans un appartement trop petit pour eux. Alors qu’elle connaît une réussite éclatante dans la vente par téléphone de boîtes-repas diététiques, la jeune mère monoparentale est préoccupée par son enfant, toujours seul, à l’école comme à la maison, et qui dissimule une profonde tristesse. Le soir, quand Muna décompresse, le fantôme de Halim se glisse dans sa salle de bains, l’enlace et lui parle. Pourra-t- elle un jour reconstituer le récit de la disparition de son mari et consoler Omar ?

 

C’est par la rencontre d’autres femmes immigrées que Muna trouvera la stabilité dont elle a besoin pour faire face à son passé. Véritable hommage à la persévérance des mères migrantes, Hotline offre dans une langue tendre une bouffée d’humanité.

 

FINALISTE | PRIX DES LIBRAIRES – CATÉGORIE Roman|Nouvelles|Récit, SÉLECTION 2024
SÉLECTION longue liste – Scotiabank Giller Prize 2022
SÉLECTION CBC’s Canada Reads 2023
Parution: 14 février 2023
376 pages, 978-2-925141-50-1, 29,95$ | 22 €

Échos de la presse Hotline

Pour son troisième roman, HOTLINE, l’auteur libanais Dimitri Nasrallah a pu compter sur l’écrivain Daniel Grenier pour la traduction efficace de l’histoire d’une mère qui quitte Beyrouth avec son fils unique pour se déposer à Montréal. Le roman en version originale est déjà sur la liste préliminaire du prix Giller.
Julie Roy, L'Actualité
À l’émission Salut Bonjour, Chrystine Brouillet salue l’intelligence, la subtilité et la finesse du roman HOTLINE de Dimitri Nasrallah, qu’elle n’hésite pas à qualifier de bouleversant, d’intelligent, d’exceptionnel…
Chrystine Brouillette, Salut Bonjour, TVA
[...] hommage émouvant à la persévérance des mères immigrantes qui en bavent plus souvent qu’à leur tour aux intersections. La seule langue que l’on parle dans cette œuvre est celle du COEUR
Rima Elkouri, La Presse
HOTLINE EST UN ROMAN INCROYABLE [...] Un récit qui fait réfléchir, qui fait sourire, qui nous ouvre les yeux aussi à une autre réalité bien présente autour de nous.
Page par Page
Magnifique roman de Dimitri Nasrallah aux éditions de La Peuplade ! Une jeune femme libanaise émigre à Montréal avec son jeune fils pour fuir la guerre. Cette femme nous raconte ses angoisses, ses rencontres, ses combats pour trouver sa place. Une écriture proche de l’oralité sur la condition des femmes !
Coup de cœur d’Ariane, Tulitu
Déracinée de sa terre natale, Muna lutte au quotidien pour s’intégrer et élever son enfant, seule face à l’adversité, aux préjugés raciaux, il lui faudra une bonne dose de courage et de persévérance pour réussir dans ce pays qui n’est pas le sien. Un formidable portrait de femme, d’une immigrée, d’une mère courageuse.
Christelle Salvan, Blog Ma dose d'encre
Par le biais d’HOTLINE, on pénètre dans la tête de Mouna. On prend la mesure de ses doutes vis-à-vis d’elle-même, de sa crainte de ne pas offrir à son fils l’attention dont il a besoin, de ses appréhensions face aux attentes de sa patronne et de sa frustration nourrie par l’attitude de ses nouveaux concitoyens. Eux qui suivent fidèlement ses conseils donnés au téléphone, qui lui confient de grands pans de leur intimité, seraient les premiers à l’éviter s’ils la croisaient dans la rue, en raison de ses traits différents.
Daniel Côté, Le Quotidien/Le Soleil
Hotline dans une contemporanéité criante, juste et implacable, une jeune femme, Muna, symbole des migrations, mère et veuve, sur le seuil, un pas, puis un autre, et tout changera peut-être. […] « Hotline » est un livre-monde, humble et patient, inouïe. Ce livre universel est une ode à la femme immigrée. Le pouvoir d’une ligne cosmopolite.
Blog lecteurs.com
Hotline est une histoire de résilience épargnée par les clichés, Dimitri Nasrallah ayant l’intelligence de transformer les recettes toutes faites en pièges à préjugés. L’auteur aborde, à travers une judicieuse collision avec le genre du self-help, les immenses sacrifices qu’impose l’enracinement, celui que plusieurs jugeraient parfait. L’histoire de Muna se termine bien, certes, mais cette fin heureuse n’advient pas sans la transformation de quelques rêves en illusions, et une reconstruction identitaire douloureuse. Dimitri Nasrallah n’est toutefois pas cynique, et ne laisse jamais son point de vue critique sur les inégalités systémiques oblitérer la part d’humanité et de bonté, les mains tendues de part et d’autre, qui permettent à une jeune femme de trouver sa place, sa voix, sa paix intérieure. Un récit qui rappelle que l’espoir prend racine dans les petites choses.
Anne-Frédérique Hébert-Dolbec, Le Devoir
Magnifique récit que HOTLINE qui nous sensibilise au plus terrible des combats, soit celui de s’installer dans une ville étrangère. Surtout, Dimitri Nasrallah ne s’apitoie jamais et j’ai suivi son héroïne et souhaité de toutes mes forces qu’elle s’en sorte. Un beau moment de lecture et une fenêtre qui s’ouvre sur l’autre pour mieux comprendre une réalité contemporaine qui reste encore bien mal connue bien que cette question revienne régulièrement dans nos médias. Le fameux chemin Roxham nous le rappelle presque chaque jour.
Chroniques d'Yvon Paré
Le roman HOTLINE est "la découverte de l'année" selon Rima Elkouri et Chrystine Brouillet, qui en parlent à l'émission d'Émilie Perreault Il restera toujours la culture sur Radio-Canada!
Émilie Perreault, Il restera toujours la culture, ICI Première
Dans ce quatrième roman, l’auteur libano-canadien livre – toujours avec des accents empreints de vécu – une perspective nouvelle sur l’émigration libanaise au Canada, à travers cette émouvante histoire de lutte, de persévérance et d’adaptation racontée sous l’angle de la monoparentalité féminine.
Zéna ZalZal, L'Orient-Le jour
L’auteur libano-canadien Dimitri Nasrallah évoque avec « L’Orient-Le Jour » les liens qui le rattachent encore et toujours au pays du Cèdre.
Zéna ZalZal, L'Orient-Le jour
HOTLINE est un magnifique roman sur l'immigration, la résilience, le deuil mais aussi la solidarité et l'amour. Un subtil portrait de femme et de mère, émouvant et souvent drôle. Dimitri Nasrallah signe ici un livre universel...comme il y en a peu.
Librairie Bertrand, Montréal, QC
HOTLINE est un roman plein d’espoir qui honore le parcours des mères migrantes en présentant une protagoniste ambitieuse, sensible et attachante.
Librairie Carcajou, Laval, QC
Un vibrant hommage à toutes les mères migrantes qui, malgré les multiples deuils de la vie passée, tentent de tracer la voie à leurs enfants.
Mélanie, Librairie Liber, New Richmond, QC
Touchant et rempli d’humanité, on a affaire à un roman d’exception sur l’immigration. Une lecture fluide, accrocheuse dès le début. J’ai adoré!
Ariane, Librairie Côte-Nord
Roman sur l'adaptation, sur l'acceptance et sur la persévérance. Une très belle écriture, poétique et puissante dans les propos. J'ai adoré ma lecture, une belle traduction!
Antoine, Librairie Raffin, Montréal, QC
Un roman émouvant sur la résilience, qui montre qu’on peut parfois trouver du réconfort là où on s’y attend le moins.
Julie Roy, L'Actualité
Hotline, c’est un récit touchant, loin d’être misérabiliste, porté par une écriture précise et lumineuse, à mettre entre toutes les mains.
Eliane Ste-Marie, Librairie l'EXÈDRE
Lire Hotline, c’est connaître le parcours de Muna et celui de tant d’autres, avant et après elle. C’est comprendre, mais aussi prendre part à l’histoire. Un proverbe algérien dit : "Ne sent la braise que celui qui marche dessus." Lire Hotline, c’est marcher sur la braise.
Lila Damerdji, Librairie Le Fureteur
Le Montréalais d’origine libanaise offre un de ses plus attachants personnages de mères à une littérature québécoise qui en était pourtant déjà peuplée.
Dominic Tardif, La Presse

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée