La Peuplade

La Peuplade Livres

LES OMBRES FILANTES

Christian Guay-Poliquin

Roman

Dans la forêt, un homme seul marche en direction du camp de chasse où sa famille s’est réfugiée pour fuir les bouleversements provoqués par une panne électrique généralisée. Il se sait menacé et s’enfonce dans les montagnes en suivant les sentiers et les ruisseaux. Un jour qu’il s’est égaré, un mystérieux garçon l’interpelle. Il a une douzaine d’années, semble n’avoir peur de rien et se joint à l’homme comme s’il l’avait toujours connu. L’insolite duo devra affronter l’hostilité des contrées sauvages et déjouer les manigances des groupes offensifs qui peuplent désormais les bois.

 

Après le succès international du Poids de la neige, traduit dans plus de quinze langues, Christian Guay-Poliquin revient avec un roman juste et astucieux. Incitant à l’aventure, Les ombres filantes questionnent le sens de la communauté et revisitent les classiques de la survie en nature.

 

Finaliste | Prix des libraires du Québec, catégorie Roman-Nouvelles-Récit 2022

Présélection | Prix Libraires en Seine 2022

Sélection pour le Prix Libr’à nous, dans la catégorie Littérature francophone

Parution: 2 septembre 2021
344 pages, 978-2-925141-00-6, 26,95$ | 20 Euros ,
Droits vendus : Traduction anglophone | Talonbooks - Italie | Marsilio - Ukraine | Anetta Antonenko Publishing - Espagne | Volcano Libros - Arabe | Al Arabi

Échos de la presse LES OMBRES FILANTES

Ce nouveau texte qui appelle à la délivrance marque une victoire.
Claudia Larochelle, Revue Les Libraires
«Il y a quelque chose de l’imaginaire lié à la forêt, à la fois dynamique et mythique, qui est à la fois épeurant et salvateur. C’est un lieu consacré et fuyant, où on retrouve le début et la fin.» - Christian Guay-Poliquin
Christian Desmeules, Le Devoir
«Je suis un éternel optimiste et, le vertige, je trouve ça stimulant. La forêt justement a horreur du vide, et je me rends compte à quel point les vides sont dans ma tête et non dans ma vie réelle. On trouve toujours des moyens pour remplir la vie.» - Christian Guay-Poliquin
Josée Lapointe, La Presse
Exceptionnel! [...] Après avoir connu un succès international avec Le poids de la neige, traduit dans plus de quinze langues, Christian Guay-Poliquin revient cet automne avec une ode à la nature sauvage et une invitation à l’aventure, Les ombres filantes. Une quête à travers une forêt remplie de dangers, des alliances nécessaires, et l’art de survivre sont au cœur de cette histoire d’une grande justesse.
Marie-France Bornais, Journal de Québec
Christian Guay-Poliquin a parlé de son nouveau roman, LES OMBRES FILANTES, chez Plus on est de fous, plus on lit.
Marie-Louise Arseneault, Plus on est de fous, plus on lit, R-C
Sombre, mystérieux, onirique.
Alexia Dumaine, Formatrice à l’Ecole de la Librairie
Roman d'apprentissage, de survie et de paternité, corps à corps avec la nature vidée de sa sève, Les ombres filantes ne se lit pas, il se vit, intensément, avec la trouille au ventre et la joie au coeur. Une sacrée expérience!
Lola Faisandier - Librairie Calligrammes, La Rochelle
Vraiment un excellent excellent livre!
Nicolas Javaux - Librairie Pax, Liège
Un roman où se mêle un torrent d'émotions, un roman qui malmène et que ça fait du bien d'être malmené par la littérature !
Aurélie Janssens - Librairie Page et Plume, Limoges
Un magnifique kaléidoscope de rencontres, de foisonnante nature, de peur et de douleur...
Corinne Tartare - La Librairie de Corinne, Soulac
Un récit sans fioritures qui dévoile peu à peu les personnages et nous entraîne jusqu'au final bouleversant.
Librairie Les Passeurs de mots, Sarzeau
Un écrit à la fois tendre, attachant, émouvant ! Un page turner qui tient sa promesse de lecture !
Jérémy Derny - Librairie L’Impromptu, Paris
Une suite, un Grand Tout, et encore un sacré coup de maître.
Fanny Nowak - Libraire un jour, libraire toujours, et chroniqueuse pour Aires Libres
Ce roman nous plonge littéralement en pleine nature, celle qui nous entoure ; et notre nature, qui fait ce que nous sommes.
Thibeault Palais - Librairie Metropolis, Bayeux
PARFAIT (un point c'est tout !)
Aurélie Barlet - Libraire concise à La Pléiade, Cagnes-sur-mer
Roman fort, émouvant et dramatique.
Michel - FNAC, Rennes
C'est beau, c'est émouvant, c'est très fort, c'est authentique, c'est un de mes gros coups de cœur!
Laura Rosello - Librairie Arthaud, Grenoble
J'ai été heureuse de retrouver la plume de Christian Guay-Poliquin, ce poseur d'atmosphère, peintre des tensions sourdes. C'est un roman sombre au charme envoutant.
Anne - Librairie La Géosphère, Montpellier
Hypnotisant!
Maryline Noël - Librairie Le Comptoir, Santiago du Chili
Évocation de la nature et des relations humaines en situations extrêmes, cette quête de vie et de sens est un très beau voyage au cours duquel on consent avec émotion et plaisir à se laisser mener par les mots.
Valérie Caffier - Le Divan, Paris
C'est vraiment un récit palpitant dont je n'ai pas décroché avant la dernière page (et quelles dernières pages!). Mon roman québécois de l'année sans hésitation!
Lucile Abiven, Librairie Le Port de tête, Montréal
Implacable réussite à nouveau, dans un voyage entamé avec le “Fil des kilomètres” et le “Poids de la neige” ; que je vous suggère de lire pour apprécier encore plus ce huis clos semi-post apocalyptique. Une pierre de plus dans un parcours sans faute!
Billy Robinson, libraire et chroniqueur littéraire.
Empreint de lyrisme, ce roman d'aventure naturaliste, tout simplement bouleversant, est une réussite.
Librairie L'oiseau moqueur
Dire et raconter, raconter encore et encore, raconter jusqu’à ce que le récit dise une fraction du réel.
Cécile Douyère-Corallo, Addict-Culture
Emporté par une écriture prenante, on reste suspendu à l’histoire de ce drôle de duo, jusqu’au dénouement où j’ai trouvé que le titre, déjà particulièrement bien choisi, prenait encore une autre dimension!
Sandrine, Librairie Lignes d'Horizons
Magnifique roman d'amour, de vie et de survie.
Le blog Évadez-vous
Les ombres filantes est transcendant. Un futur classique, un livre perpétuel, culte.
Evlyne Leraut, Babelio
La Peuplade vient de publier le plus récent roman de Christian Guay-Poliquin, LES OMBRES FILANTES. Le précédent ouvrage de l'auteur, LE POIDS DE LA NEIGE, lui avait valu de grands honneurs, dont le Prix du Gouverneur général en 2017. Catherine Doucet a lu ce dernier roman et en discute avec le principal intéressé.
Place publique sur ICI Saguenay–Lac-Saint-Jean
Un texte superbe, plein de mystère et de force, dans lequel on se laisse happer, comme envoûté!
Marianne Kmiecik, Librairie Les Lisières
[...] un univers aux allures post-apocalyptiques, où la survie s’opère grâce au choix des lieux que les personnages décident d’habiter, d’une part, mais également grâce aux rencontres et à l’entraide. Dans une ambiance parfois oppressante, le lecteur progresse dans le récit sans pouvoir en deviner l’issue.
Éléna, Librairie La Liberté
Cet auteur réussit le fabuleux doublé du coup de cœur. Après Le poids de la neige qui m’avait ravi par sa lenteur désarmante mais magnétique, il propose avec Les ombres filantes un roman d’une parfaite maitrise.
Fanny, blog Mes pages versicolores
Christian Guay-Poliquin s’affranchit de tous les genres afin de tracer sa route au milieu des épinettes et des feuillus. Les ombres filantes m’a filé la chair de poule et mis les larmes aux yeux. Coup de cœur étincelant.
Fanny Nowak
Ce livre est presque un roman policier. Chaque virage, chaque arbre, chaque sous-bois ou rivière vivent et peuvent être pièges. Au fil des mots, nous percevons les odeurs, grelottons quand les personnages ont froid, entendons les bruits les plus intimes du récit, et nos cœurs palpitent au rythme des chemins. Un roman magnifique et bouleversant empreint d’amour et de liberté.
Dominique Orsini, Kimamori
Le Canada, une panne massive et c’est une longue marche à travers le pays qui commence pour un homme qui souhaite retrouver sa famille ! Un roman plein de péripéties que vous n’allez pas lâcher!
Coline, Librairie Vents de Terre
Une petite perle de cette rentrée. Un roman touchant, sensible, dont on ne peut se défaire jusqu’à la dernière page.
Loïc Desroches, La case des Pins
Un roman à la voix originale, authentique et vibrant de nature, qui se veut une réflexion sur le bouleversement de notre monde et sur les valeurs qui comptent. Si le livre flirte avec le catastrophisme ambiant, il est cependant soutenu par un revigorant souffle d’espoir.
Stéphanie Loré, le MAG Profession-Spectacle
Récit de survie où la nature est omniprésente, tantôt alliée tantôt ennemie, j’ai beaucoup aimé cette longue marche en immersion dans les forêts canadiennes au fil des jours, où les heures s’égrènent comme les provisions. Roman d’anticipation, Les Ombres Filantes propose une échappée dans les grands espaces canadiens qui remet en question notre société actuelle.
Blog Lu&Co
Un roman sur la nature qui nous entoure et celle qui fait de nous ce que nous sommes. Vous voilà avec entre les mains un roman d'anticipation, un récit politique, écologique, un manuel de résistance, un formidable texte d'une beauté et d'une simplicité pure.
Librairie La Parenthèse
Cinq ans après LE POIDS DE LA NEIGE, le lauréat du Prix du Gouverneur général dépose encore son narrateur au milieu de nulle part, dans une veille de fin du monde. Un roman de survie à la The Road de Cormac McCarthy, avec la frousse, mais sans l’horreur, qui nous aspire au plus creux de la forêt.
Laura Martin, magazine Coup de pouce
Dans ce roman de survie de type nature writing, l’auteur met en scène la rencontre de cet homme et d’un mystérieux petit garçon. Le lecteur est alors plongé dans une nature luxuriante pleine de détails et s’accroche à l’épopée.
Lucile Abvien, Magazine VÉRO
Ce livre m'a transporté, des descriptions de la nature au portrait d'une humanité blessée. Et c'est sans parler de la langue qui finit de nous plonger parfaitement dans l'atmosphère si singulière de ce roman.
Librairie Gutenberg, Strasbourg
[…] Christian Guay-Poliquin nous embarque en douceur dans ce périple terriblement humain au cœur d’une nature prête à reprendre le pouvoir, conjuguant sens du rythme, intelligence discrète du propos et empathie pour des personnages dont la compagnie perdurera bien au-delà des dernières pages.
Le blog Cannibales lecteurs
C’est beau, c’est vibrant, et on partage pleinement la nature que traversent les personnages, au point d’avoir l’impression de sentir l’odeur de la terre humide, et des aiguilles de sapin… Un grand plaisir de lecture, édité par une maison d’édition de grande qualité, que je ne peux que vous recommander!
Le blog littéraire Les maux-dits
Un roman à l’odeur d’épinette et de gibier qui invite à réfléchir au sens de la communauté et qui se lit comme un rêve dont on ne sait pas si l’on souhaite se réveiller.
Caroline, Librairie-Boutique Vénus
Une lecture vraiment plaisante, agréable.
La viduité
Toute cette odyssée est formidablement racontée. D’abord parce que Guay-Poliquin sait faire vivre la nature. Comme autrefois avec la neige, la forêt ici nous enveloppe littéralement de sa masse et de ses odeurs. Quand le sol est glissant, on s’agrippe aux branchages ; quand la noirceur descend, on allume la frontale et "on se fraie un chemin entre les écorces qui reluisent". La peine, la peur, l’effort, tout est incarné en phrases courtes, rythmées. [...] Christian Guay-Poliquin boucle ainsi un inoubliable cycle de la survie et un grand roman. Un autre.
Josée Boileau, Journal de Montréal
On est dans un univers assez particulier. Un regard sur la paternité, la filiation. Un livre tellement bien écrit. L’écriture est absolument formidable ! Une de mes très bonnes lectures de 2021.
Anne-Josée Cameron à C'est encore mieux l'après-midi (Radio-Canada)
Guay-Poliquin ne laisse jamais languir son récit et fait de la forêt, bien plus qu'une toile de fond, une partie prenante l'avancée narrative.
Gérald Baril, Nuit blanche magazine littéraire
[... voyager dans ce que la faune et la flore ont de plus enchanteur, mais également de plus hostile.
Éléna Laliberté, Librairie La Liberté à Québec [La Fabrique Culturellle]
Un roman remarquable qui vous pousse à la réflexion sur notre monde actuel sans rien oublier des différentes dynamiques en jeu. Il ne vous laissera pas indifférent.
Lilia Tak Tak, La Madeleine de livres
Les ombres filantes, histoire de survie et de paternité, poétique et ciselée, une belle respiration dans ce monde un peu trop secoué... une merveille.
Lola, Librairie Calligrammes à La Rochelle
Roman d'aventure prenant, où la "grande panne" à jeter l'humanité blessée vers l'inconnu. De rencontres en péripétie, la vanité des hommes face à la nature se heurte à la force inébranlable de celle-ci. un roman émouvant qui interroge la paternité, la famille, la force et la faiblesse des liens qui unissent les humains.
Le Tumulte, librairie à Vouvray
Les ombres filantes, histoire de survie et de paternité, poétique et ciselée, une belle respiration dans ce monde un peu trop secoué... Par l'auteur du "Poids de la neige", une merveille.
Librairie Calligrammes à La Rochelle
Les ombres filantes est un roman bijou, un roman trésor, magnétique et envoûtant.
Librairie de l'Angle Rouge
Les ombres filantes publié à La Peuplade est un formidable roman d'aventure naturaliste mettant en scène un duo improbable mais terriblement attachant. Vous en finirez la lecture tout émotionné!
Librairie La Cavale
Avec une incroyable finesse et une narration sensorielle éblouissante, l’auteur revisite le roman de survie. Tout y est juste, sensible et poignant. Un livre bouleversant! Dans la lignée de De Pierre et d'Os de Bérangère Cournut et de Là où chantent les écrevisses de Delia Owen, attendez-vous à être emportés!
Zana Forsans, Librairie Les Cyclades, Saint Cloud
LES OMBRES FILANTES est à la hauteur des précédents romans de Christian Guay-Poliquin, c’est-à-dire la quête d’une existence qui soit au-delà du superficiel et des aléas improbables que la vie en société impose et dont nous sommes à la fois la cause et les victimes. La poésie avec laquelle l’écrivain nimbe toute l’histoire, comme la brume du matin aperçue quelques fois en forêt, n’a rien d’artificiel. Elle convient tout à fait aux différentes quêtes que le narrateur, et même celles de son compagnon d’infortune, poursuivent comme le yin et le yang de vies parallèles.
Jean-François Crépeau, Passion chronique
Cette dystopie, qui résonne cruellement avec le présent, remet en question notre rapport aux autres et à la planète avec finesse. Elle aborde également avec grande intelligence les conflits générationnels. Les personnages sont dessinés au petit point, la mécanique narrative, bardée d’images fulgurantes et de silences éloquents, est proprement admirable.
Le Devoir
L'émission Mission encre noire du 1er février est consacrée à Christian Guay-Poliquin et son roman LES OMBRES FILANTES. Eric Chouan propose de remonter les temps anciens et de tomber sous le règne de la forêt dans cette excellente entrevue
Mission encre noire, CHOQ.ca
Christian Guay-Poliquin continue sa trilogie déjà acclamée par le lectorat avec ce nouvel opus qui entraîne le protagoniste vers la forêt pour rejoindre le camp de chasse familial. Une marche de plusieurs jours s'entame avec peu de vivres et une blessure au genou qui le rend à la merci des intempéries. La rencontre d'un jeune garçon dans ces bois lui redonnera un souffle, une nouvelle survie et aussi un allié. Fidèle à l'atmosphère installée dans les deux premiers tomes, LES OMBRES FILANTES est un roman puissant et sauvage. Un retour à l'essentiel et une réflexion sur les valeurs et la famille.
Chloé Larouche de la Librairie Harvey à Alma
Christian Guay-Poliquin est un auteur qui m’impressionne chaque fois avec ses histoires, sa façon de réussir à m’embarquer totalement et de m’amener là où vont ses personnages. Si j’adore ses deux premiers livres, j’avoue avoir eu un vrai coup de foudre pour celui-ci. La forêt, la façon dont les gens s’organisent dans le bois, la survie, tout ce que ça implique, ça m’a énormément parlé. Je suivais les pas du narrateur dans la forêt, toujours en étant aux aguets. Car c’est ce que l’auteur instille comme atmosphère: des lieux qui peuvent devenir inquiétants ou qui pourraient nous surprendre.
Mon coussin de lecture
Si les ombres des arbres s’étendent et s’effilent, ce n’est plus que sous l’effet des brûlures du soleil ou des lueurs des feux de bois. Plus aucune lumière artificielle ne viendra percer la forêt canadienne, et une nature inhospitalière se dévoile sous les pas d’un homme qui marche seul...
Laura Lievens, Karoo

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée