La Peuplade

La Peuplade Livres

Lettre à benjamin

Laurence Leduc-Primeau

Récit

Début 2020, le partenaire de Laurence Leduc-Primeau s’est donné la mort. C’est alors la fin d’une longue conversation. Quelques mois plus tard, l’autrice lui écrit cette lettre dans laquelle elle démêle les enfers, revient sur leurs dernières années, sur le plus horrible comme le plus beau. Aucune réponse, aucune stratégie de survie dans ce texte rédigé au cœur du choc et de la tristesse. Une voix, tout simplement, une voix littéraire qui a fréquenté le mystère de l’effondrement et de la mort. Cette lettre destinée à quelqu’un qui n’est plus recèle pour les vivants un moment d’émotion, d’écriture et de vérité inimitable.

 

J’ai eu cette idée de t’écrire une lettre – tant qu’à te parler à longueur de journée. Une lettre qui ira – je ne sais pas, on verra.
Tu es mort et je ne sais plus vivre. Et je me demande ce que t’avoir accompagné si loin, si longtemps, jusqu’au seuil de la mort, m’aura appris.

 

Date de sortie : 18 mars 2021

Parution: 18 mars 2021
112 pages, 978-2-924898-89-5, 19,95$

Échos de la presse Lettre à benjamin

Lu ceci hier soir. D'un trait. Récit sur le suicide de l'amoureux, sur les marques, les souvenirs, la culpabilité aussi, on s'en doute... Remarquable vision de la perte, du deuil. Je crois que ce livre est compagnon de grisaille certes, mais aussi symbole de renouveau.
Claudia Larochelle
Ils sont rares, les livres comme Lettre à Benjamin. Une parole constamment à la limite du hors-jeu, tant elle est brutalement honnête, dépourvue des éléments décoratifs qui, souvent, attiédissent la réalité. Chacune de ses 97 pages a été le fruit d’un arrachement et on le ressent. On se dit que la personne qui a rédigé ce texte, Laurence Leduc-Primeau, mériterait une médaille pour s’être rendue au bout de l’exercice.
Daniel Côté, Le Quotidien
L’amour ne meurt pas ici. Il continue. Toujours un peu. Sérieusement! Belle découverte d’autrice.
Natasha Collin, leslecturesde.renarde
C’est une lettre poignante. Une lettre, qui nous laisse témoin du poids de l’incertitude mais aussi, témoin des tempêtes intérieures qui font rages. Une lettre débordante de douleur, d’amour.
pourcoeurlitteraire
Un récit épistolaire poignant et vrai, éblouissant d’honnêteté dans sa brutalité, qui ne donne aucune réponse, comme la vie elle-même.
Iris Gagnon-Paradis, La Presse
Une plongée vertigineuse dans la psyché d’une femme endeuillée à l’écriture fluide, fiévreuse, incarnée où s’exprime avec un éclat presque douloureux le pouvoir salvateur de la création.
Manon Dumais, Le Devoir
Ils sont rares, les livres comme LETTRE À BEJAMIN. Une parole constamment à la limite du hors-jeu, tant elle est brutalement honnête, dépourvue des éléments décoratifs qui, souvent, attiédissent la réalité. Chacune de ses 97 pages a été le fruit d’un arrachement et on le ressent. On se dit que la personne qui a rédigé ce texte, Laurence Leduc-Primeau, mériterait une médaille pour s’être rendue au bout de l’exercice.
Daniel Côté, Le Quotidien
On vit dans une société où on a presqu'une obsession de masquer la mort, on arrive presque à faire croire qu'on ne mourra jamais, ou à faire croire que la mort ne fait pas partie de la vie. Je ne pense pas que ça nous aide et que ça nous équipe à faire face à la mort quand elle nous arrive.
Entrevue avec Marie-Louise Arsenault à Plus on est de fous, plus on lit, R-C
Un livre juste et profond, dont on ressort bouleversé.
La Librairie du Tramway
Le récit est brut, cru. Il est décousu, abstrait, il ressasse. On croit lire un texte dont l’encre est encore humide. On sent, dès les premiers mots de l’autrice, l’urgence de dire provoquée par l’effarement du deuil [...].
Laurence Pelletier, Lettres québécoises
L’écriture de Laurence Leduc-Primeau est franche et sonne comme celle d’une amie avec laquelle on aurait une discussion autour d’un verre, sans filtre, sans maquillage.
Valérie Ouellet, Page par page

Tous droits réservés, Éditions La Peuplade / Vie privée